Parce qu’il reste encore du chemin à faire…

Léa et Alexe sont les meilleures amies du monde. Rien ne pourrait les séparer, pas même le cancer d’Alexe. Car, bien que les difficultés et les rechutes soient éprouvantes, les deux amies ne renoncent pas à l’espoir grâce à des gens comme le père de Léa, qui se dévoue à la cause en s’exerçant à vélo toute l’année pour le Tour CIBC Charles-Bruneau.

Les généreux artisans

Merci à tous les talentueux et généreux collaborateurs de ce projet. Un merci tout spécial à Jean-Michel Blais pour sa magnifique chanson.

...même après 25 ans

Des statistiques sur l’état des lieux des cancers pédiatriques

Grâce à vous, la recherche pour soigner les cancers pédiatriques a fait des pas de géants depuis 30 ans. Ensemble, nous avons sauvé la vie de Charlie, de Nathan, de Laurent et de milliers d’autres enfants au Québec. Pour eux, cela signifie le droit à une longue vie, remplie de sourires, de bonheur et d’aventures. Mais notre travail n’est pas terminé. Tant qu’Alexe, Charles, Frédéric et le nouvel enfant qui recevra un diagnostic de cancer aujourd’hui ne seront pas guéris, nous ne pouvons laisser tomber notre appui à la recherche. Ces enfants comptent sur nous.

Les priorités :

Deux principaux objectifs guident les chercheurs :
  • Guérir les 20 % d’enfants dont le cancer résiste aux traitements.
  • Améliorer la qualité de vie des enfants en rémission pour qu’ils aient droit à une véritable guérison, sans séquelles ni complications.
Les objectifs de la Fondation et du Tour CIBC 2020 :
  • Augmenter les chances de guérison des enfants atteints d’un cancer par le financement de la recherche et de projets dédiés à l’hémato-oncologie pédiatrique
  • Amasser un record de dons, sachant que l’an passé la Fondation a récolté 5 350 000 $ grâce au Tour CIBC Charles-Bruneau

2000

Le nombre d’enfants atteints d’un cancer au Québec annuellement.

Le nombre d’enfants atteints d’un cancer au Québec annuellement.

0-5 ans

L’âge auquel la moitié des enfants reçoivent leur diagnostic.

L’âge auquel la moitié des enfants reçoivent leur diagnostic.

de 30% à 80%

La progression du taux de guérison depuis 1980.

La progression du taux de guérison depuis 1980.

1/400

La proportion d’enfants au Québec qui reçoivent un diagnostic de cancer.

La proportion d’enfants au Québec qui reçoivent un diagnostic de cancer.

4

Le nombre de centres Charles-Bruneau qui traitent l’ensemble des enfants de la province.

Le nombre de centres Charles-Bruneau qui traitent l’ensemble des enfants de la province.

100 %

L’objectif de guérison sans séquelles visé par la Fondation Charles-Bruneau

L’objectif de guérison sans séquelles visé par la Fondation Charles-Bruneau

Témoignage d’un spécialiste

Lire le témoignage

Elie Haddad, M.D., Ph.D.

Notre objectif, ce n’est pas 85 % de chance de guérison, on veut 100%... et on ne rêve pas, on veut y arriver et on va y arriver.

Lire le témoignage

Nos vedettes

Découvrez qui est Alexe

Alexe

ALEXE GAGNON – 17 ans

Découvrez qui est Lyanna

Lyanna

LYANNA MASSÉ – 5 ans

Découvrez qui est Nathanael

Nathanael

NATHANAEL BLANCHETTE – 15 ans

Suivez-nous

CIBC IGA Lowe's Cascades
Retour
quote

« Ce qu’on sait profondément au fond de nous, ce qui fait la différence, c’est la recherche. Lorsque des travaux de recherche se font au Québec, les enfants d’ici bénéficient de ces traitements 5 à 10 ans avant les autres. Notre objectif, ce n’est pas 85 % de chance de guérison, on veut 100 %... et on ne rêve pas, on veut y arriver et on va y arriver. Depuis des années, ça ne progressait plus, et là, deux révolutions sont arrivées dans le traitement du cancer et on voudrait que ces révolutions-là soient accessibles aux enfants du Québec, et grâce à la Fondation Charles-Bruneau, elles le sont. Grâce aux dons de Charles-Bruneau, nos équipes de recherche, ici à Sainte-Justine, ont pu montrer qu’il y a de nouvelles catégories de cancers. C’est très important, parce qu’elles se soignent d’une façon qui est différente de celles qu’on soignait avant. Donc, le fait de pouvoir faire un diagnostic moléculaire précis comme on est capable d’en faire maintenant, il y a 5 ans, 4 ans, ces traitements-là, on ne les avait pas, et c’est pour ça que c’est une révolution qui est en train de complètement changer le paradigme et la façon dont les médecins soignent leurs patients. La seconde révolution, l’immunothérapie, permet aussi de sauver des enfants qui se retrouvaient, il n’y a pas si longtemps, à court de toutes ressources thérapeutiques. La recherche, c’est ce qui a fait changer les choses dès le début des traitements de cette maladie et c’est ce qui continuera à faire changer les choses. Donner pour la recherche, c’est donner pour les enfants, c’est donner pour leurs soins, c’est donner pour une meilleure survie, c’est donner pour une meilleure qualité de vie, pour mieux calibrer le traitement pour chaque enfant. Quand on se compare, on voit que ce qu’apporte la Fondation Charles-Bruneau, c’est absolument unique, et heureusement qu’elle est là. On ne dira jamais assez merci. »

Elie Haddad, M.D., Ph.D.
Chef d’axe, Maladies immunitaires et cancers,
Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Retour

ALEXE

Alexe a été diagnostiquée d’un sarcome d’Ewing en avril 2014 à l’âge de 11 ans. Elle a été forcée de mettre sa vie en veilleuse pour combattre cette forme de cancer des os. Le 24 décembre 2014, après quelques mois d’hospitalisation au cours desquels elle a, entre autres, subi une greffe de cellules souches, Alexe était enfin autorisée par son médecin à rentrer à la maison : « Il n’y avait plus aucune trace de la maladie. Tout était disparu! Le médecin nous avait toutefois prévenus des risques élevés de récidive, mais il ne pouvait nous dire à quel moment elle surviendrait : deux mois, trois mois, six mois, un an, on ne le savait pas », affirmait sa mère. Depuis 2014, Alexe est un modèle de persévérance et de courage. Impliquée auprès de la Fondation Charles-Bruneau, arborant son grand sourire contagieux, elle est toujours prête à sensibiliser les gens et à participer aux collectes de fonds pour faire avancer la recherche. Au moment du tournage de ce film pour le 25e Tour CIBC Charles-Bruneau, Alexe venait d’apprendre qu’elle devait affronter une 4e récidive.

Retour

ALEXE

Alexe a été diagnostiquée d’un sarcome d’Ewing en avril 2014 à l’âge de 11 ans. Elle a été forcée de mettre sa vie en veilleuse pour combattre cette forme de cancer des os. Le 24 décembre 2014, après quelques mois d’hospitalisation au cours desquels elle a, entre autres, subi une greffe de cellules souches, Alexe était enfin autorisée par son médecin à rentrer à la maison : « Il n’y avait plus aucune trace de la maladie. Tout était disparu! Le médecin nous avait toutefois prévenus des risques élevés de récidive, mais il ne pouvait nous dire à quel moment elle surviendrait : deux mois, trois mois, six mois, un an, on ne le savait pas », affirmait sa mère. Depuis 2014, Alexe est un modèle de persévérance et de courage. Impliquée auprès de la Fondation Charles-Bruneau, arborant son grand sourire contagieux, elle est toujours prête à sensibiliser les gens et à participer aux collectes de fonds pour faire avancer la recherche. Au moment du tournage de ce film pour le 25e Tour CIBC Charles-Bruneau, Alexe venait d’apprendre qu’elle devait affronter une 4e récidive.

Retour

LYANNA

Lyanna a été diagnostiquée d’une tumeur de Wilms en août 2019 à la suite de douleurs dorsales récurrentes. Lyanna n’a donc pas pu faire son entrée à l’école primaire puisqu’elle devait rapidement subir une ablation du rein et commencer des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Elle est reconnue au pavillon Charles-Bruneau du CHU Sainte-Justine comme étant une petite boule d’énergie qui déplace beaucoup d’air et qui est toujours de bonne humeur malgré tout. Après 2 derniers mois de traitements à venir, Lyanna sera complètement en rémission. Elle aura traversé cette épreuve comme une championne avec beaucoup de courage et avec le soutien de ses amis à l’hôpital.

Retour

MAÉLYA

À venir

Retour

NATHANAEL

Nathanael fait partie du programme « Talented and Gifted » en sciences et mathématiques à son école, ce qui lui permet de développer ses connaissances beaucoup plus rapidement et lui offre la meilleure préparation possible pour son avenir. Sa vie a complètement basculé lorsqu’on lui a diagnostiqué une leucémie lymphoblastique aigue Ph-like en octobre dernier. C’est un type de leucémie très rare et mal connu des chercheurs. Nathanael a donc accepté de participer au programme de recherche sur cette maladie. Il a déjà traversé plusieurs traitements de chimiothérapie qui lui imposent chaque fois une longue hospitalisation. Par chance, trois de ses enseignants ont accepté de l’accompagner à la maison afin qu’il reste à jour dans ses études, et ses résultats sont excellents. Récemment, Nathanael et sa famille ont appris qu’il aura besoin d’une greffe de moelle osseuse. Heureusement, son grand frère, qui est un donneur compatible, a accepté sans aucune hésitation. La famille de Nathanael compte beaucoup sur les progrès de la recherche afin d’arriver à trouver des remèdes moins invasifs contre cette maladie.